Olympic design // le look des jeux

 

L’ami Pierre de Courbertin, baron de son état, a eu cette idée incroyable de faire renaître les Jeux Olympiques au début du siècle dernier, vraiment génial mais lors des Jeux de Paris en 1900, il se rend compte que sans identité visuelle, sans symbole, sans panneaux… difficile de retrouver les lieux des épreuves!

Il va donc falloir plus clairement communiquer sur les Jeux et leur donner une identité propre. Aussi, en 1913, les 5 anneaux sont dessinés pour la première fois par le baron et resteront l’emblème universellement connu des JO. Dès lors, pour chaque édition des jeux, s’articule autour de la compétition sportive, une identité visuelle unique, mariage entre la ville / le pays d’accueil et l’esprit Olympique, car c’est vrai, « l’important c’est de participer! ».

 

 

Aujourd’hui, nous sommes habitués à ce que chaque édition des jeux rivalise de créativité en terme d’image et de marketing mais réussir un « look global », un design qui saura être reconnaissable entre tous et qui restera dans les têtes après l’évènement, n’est pas chose facile. Aussi l’exposition « Olympic Language » qui vient de s’ouvrir au Musée Olympique de Lausanne, nous offre la possibilité d’entrevoir le travail de designers, graphistes et architectes visionnaires qui ont marqué certaines éditions et transformé le temps d’une compétition des villes afin de faire vivre aux spectateurs une expérience globale des JO.

Le meilleur exemple, à mon avis, sont les JO de Mexico en 68, dont on fête d’ailleurs cette année les 50 ans. Pour la première fois le concept de design global est utilisé, toute la ville est aux couleurs des JO dans un esprit psychédélique et folk propre aux années 60 mais avec un design ultra moderne inspiré de l’art traditionnel des indiens Huichol, pour un effet « Op’Art » garanti (art optique). Et tout y passe, des panneaux de communication, aux gooddies (j’adore les lunettes de soleil) en passant par les robes des hôtesses dans un style « Courrèges » du plus bel effet. Le succès de ce look Mexico 68 a été tel qu’il a influencé les panneaux du métro de la ville encore aujourd’hui existant.

 

 

 

 

 

D’autres éditions ont été tout aussi réussies, notamment le look Munich en 72 avec la création de pictogrammes encore utilisés aujourd’hui (comme les petits bonhommes des toilettes, langage universel!) et la mascotte Waldi.

 

 

Celui de Los Angeles en 84, n’est pas mal non plus, inspiré du « mouvement Memphis », aux couleurs pop et au design playful, il rayonne, comme ses colonnes aux rayures noires horizontales qui nous accueillent à l’entrée de l’expo!

 

 

4 autres éditions tout aussi magnifiques sont aussi à découvrir, Tokyo 64, Lillehammer 94, Athènes 2004 jusqu’à Londres 2012 qui casse encore les codes (ces anglais alors!).

 

Une expo vraiment kids friendly

 

Evidemment cette expo est aussi adaptée aux kids, qui, en plus de découvrir le look des villes olympiques, seront plus que ravis d’observer de plus près toutes les mascottes si attachantes créées à l’occasion des différents jeux. Une salle leur est réservée avec toutes les mascottes présentées. Pour certaines d’entre elles, vous ne vous rappellerez même pas qu’elles ont existé et ce sera l’occasion de les redécouvrir. D’autres, au contraire, se rappelleront à votre souvenir comme l’excellent « Cobi », petit renard mascotte des JO de Barcelone (créée par Javier Mariscal, graphiste et auteur de BD) et qui aujourd’hui encore anime l’actualité catalane.

 

 

`

 

En plus de la salle aux mascottes, « le studio » est ouvert au public avec l’activité assez géniale « Design tes jeux » qui propose de composer sur tablette, grâce à une application drôlement bien faite, une affiche fictive des JO de la Jeunesse 2020 de Lausanne! Ah oui, vous ne saviez pas ? Il existe aussi les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) pour les 14-18 ans, et les prochains JOJ d’hiver se dérouleront à Lausanne, encore des animations en perspective…

 

En pratique, coup d’oeil agenda :

  • L’expo « Olympic Language » sera en place jusqu’au 17 MARS 2019, entrée gratuite
  • Le 24 mai, Beatrice Trueblood et Eduardo Terrazas, les deux personnalités à la tête de l’équipe créative de Mexico 68 feront une conférence  « IDENTITÉ VISUELLE DES JO DE MEXICO 68 » à l’ECAL.
  • Le week-end du 26-27 mai, spécial « T’as le look JO » où les designers et graphistes seront présents :
    • avec un atelier créatif animé par Javier Mariscal créateur de Cobi, (pour les 6ans et plus),
    • l’accès au Studio pour la réalisation d’affiches, et atelier pop-up,
    • des micro-visites réalisées par Beatrice Trueblood et Eduardo Terrazas sur Mexico 68 et Markus Osterwalder, spécialiste du design des JO et commissaire de l’exposition.


Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les contenus publiés par SuperLeman?
Vous pouvez le faire via facebook, instagram, et même prendre contact par email. A bientôt !

Julie

2 commentaires

  1. super ton article Julie, ca donne très envie d’aller visiter l expo ! merci ! bises, audrey

Répondre à Julie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *