Le TOM à l’heure des JO de PyeongChang

3O ans après les Jeux Olympiques de Séoul vont se dérouler les Jeux d’Hiver de PyeongChang. Pour l’occasion le Musée Olympique de Lausanne nous propose de (re)découvrir quelques pans de la culture coréenne. J’y suis allée faire un tour, curieuse d’en connaitre plus sur le « Pays du matin calme », enfin peut-être pas si calme…

 

 

En arrivant, on découvre tout d’abord l’oeuvre monumentale de Choi Jeong Hwa, « Happy Happy ». Un arc en ciel aux couleurs des anneaux olympiques composé de divers objets plastiques enfilés les uns aux autres et assemblés en une multitude de suspensions. Effet garanti! Il illumine le hall d’entrée du musée où nous accueillent les mascottes des JO d’hiver 2018 Soohorang, le tigre blanc, et Bandabi, l’ours noir (mascotte des jeux paralympiques). Ces derniers sont assez dispo pour toutes photos et selfies, vous pouvez y aller!

 

 

La visite de l’expo « Parlez-vous PyeongChang? » commence, elle, au premier étage et vous êtes invités (surtout les enfants) à vous revêtir du costume traditionnel coréen, le hanbok. C’est un costume coloré très joli, surtout celui des petites filles qui est composé d’une longue jupe sur laquelle on porte une veste à longues manches fermée par un petit ruban. Ça y est vous êtes prêt(e) pour découvrir la culture Han, comprenez « Made in Korea ».

 

 

Ben oui, car le Han est à toutes les sauces ou presque. Après le hanbok, on découvre le hangul l’écriture coréenne, qu’il vous faudra quand même quelques temps à apprivoiser si l’envie vous en prenait, sinon vous pouvez juste apprécier son graphisme qui s’inspire de la forme des organes vocaux, du ciel et de la terre et de l’homme (rien que ça).

 

 

Deux autres espaces nous plongent dans la culture coréenne contemporaine, tout d’abord la hallyu, « la vague » pop culture coréenne comprenant l’incontournable K-pop, la K-drama (cinema), et les manhwas (les mangas coréens). Le « Gangnam Style » de Psy vous parle? Et bien, c’est ça la K-pop, ça et tous les groupes du genre boys ou girls band qui envahissent l’Asie depuis les années 90. Vient ensuite, le hantech, correspondant aux nouvelles technologies dont les coréens sont friands… Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le slogan de ces JO est « Passion.Connected ».

 

 

Rassurez-vous, vous en apprendrez aussi sur l’histoire de la Corée et les JO : 1948 première participation aux jeux d’hiver et d’été, 1976 premier champion coréen à la lutte, 1988 Séoul accueille les JO d’été et 2018 bien entendu JO d’hiver à PyeongChang. Vous saurez également tout sur la torche et les médailles de ces JO, ainsi que sur les lieux des différentes épreuves.

 

 

Cette année donc la Corée attend près de 2900 athlètes et près de 50 000 participants. Il y aura 15 disciplines et 6 nouvelles épreuves parmi lesquelles le curling en double mixte (vous en rêviez…). Bref, ça commence le 9 février et je pense que la cérémonie d’ouverture vaudra le coup d’oeil.

 

 

Pour compléter votre immersion dans la culture coréenne, ne passez pas à côté des photos de Françoise Huguier, mention spéciale à la « colathèque », sorte de thé dansant, un poil kitch, permettant les rencontres entre personnes du 3ème âge qui ne se laissent pas aller (et c’est peu de le dire, il y a du look).

 

 

Côté activités, le Musée Olympique proposera la rediffusion de la cérémonie d’ouverture, différents spectacles de percussions ou danses traditionnelles, et la retransmission en direct des jeux. Ça se passera aussi dans l’assiette car vous pourrez même goûter au TOM Café, différents plats typiques coréens, avec vue sur lac (l’une des plus belles de Lausanne selon moi).

 

 

Je vous conseille vivement d’y aller faire un tour, seuls ou avec les kids qui seront certainement conquis (la mienne a été ravie de se déguiser et de faire des photos avec les mascottes rien que ça), et en plus l’exposition est gratuite.

안녕히가세요

 



Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les contenus publiés par SuperLeman?
Vous pouvez le faire via facebook, instagram, et même prendre contact par email. A bientôt !

Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *