Charlot sur les bords du lac

Le kid

Plus d’une année est passée depuis l’ouverture du Chaplin’s World à côté de Vevey et je n’avais pas encore eu l’occasion d’y aller. Pourtant des « Charlot », oui, j’en avais vu, Les temps modernes, Le Kid, Les lumières de la ville… plus un paquet d’extraits de différentes saynètes mais cela remontait à loin, à mon enfance, et depuis je n’y avais plus trop pensé. Je savais juste que Chaplin avait vécu et fini sa vie sur les bords du Léman, « end of the story ».

 

 

Ben non, pas « end of the story » car j’ai été très agréablement surprise par le Chaplin’s World. D’abord parce que l’on se trouve au Manoir de Ban, très belle propriété où vécut Chaplin dans un cadre idyllique (grand parc, vue sur le lac, normal quoi…) et parce que ce Chaplin’s World, à taille humaine, nous raconte à la fois la vie d’un homme et celle de son personnage Charlot, tout en retraçant l’épopée d’un demi siècle ou presque.

Mais revenons au concept, il y a tout d’abord la visite du « Studio »  qui a été très chouette. C’est drôle, se replonger dans l’univers de Charlot, comme ça, après bien des années, m’a fait voir cette oeuvre sous un oeil neuf et a été même carrément réjouissant parce que j’ai regardé les films projetés avec cette fois, le recul d’un adulte et toute la connaissance que l’on n’a pas lorsqu’on est môme. Ce personnage de Charlot mi-vagabond, mi-clown, sachant nous faire rire dans toutes les situations, les plus dramatiques parfois, avec grâce toujours, est vraiment étonnant.

The street

Les débuts de Charlot

La fabrique de films

Succès

 

Le sens de la mise en scène, du rythme, la musique également, tout participe à faire partager un moment d’une drôlerie intelligente, un vrai bonheur. Mais au-delà des films projetés ici et là lors de la visite, c’est la reconstitution des studios de Chaplin dans lesquels le spectateur évolue qui nous fait devenir personnage à part entière, en particulier grâce à la scénographie mise en oeuvre et surtout aux personnages des films que l’on retrouve tout au long du parcours de la visite. Reproduits grandeur nature, ils sont d’une étonnante réalité (by Grévin, évidemment). En tout cas cette expérience est extrêmement divertissante, pour les petits comme pour les grands, parce que cet univers de Charlot réunit toutes les générations et que c’est un bonheur de partager cela.

Vient ensuite (ou inversement) la visite du « Manoir », et là c’est plutôt la vie de Charlie Chaplin qui est mise en avant : son arrivée en Suisse, son quotidien avec sa femme Oona et leurs enfants, sa vie d’homme célèbre et puis son oeuvre cinématographique. Car oui, Chaplin s’est toujours dédié à son travail, il réalisera encore, une fois en Europe, A King in New York et A countess from HongKong deux films que je n’ai jamais vus mais que j’aimerais désormais avoir l’occasion de regarder. Encore une fois, la scénographie de la visite est très bien réalisée, même si les sujets sont moins ludiques, ils nous en apprennent énormément sur l’homme, facette moins bien connue du grand public.

 

Manoir de Ban

Wall of fame

Arrivée en Suisse

 

Au final, nous avons, parents et enfants, beaucoup apprécié le Chaplin’s world et je conseille vivement d’y aller faire un tour.

 



Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les contenus publiés par SuperLeman?
Vous pouvez le faire via facebook, instagram, et même prendre contact par email. A bientôt !

Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *